temoignages

Témoignages

« Un énorme coup de booster pour ma masculinité » – Romain


 

« Je me revois encore sur l’autoroute du retour, le cœur plus que serein, rempli de lumières et de tant de grâces reçues tout au long de cette retraite.

MERCI pour tous ces topos-enseignements ô combien riches et clairs, pour toutes les activités sportives, aussi intenses furent-elles, mais tellement incontournables pour qu’on aille puiser au plus profond de notre être cette force que l’on avait anesthésiée, enfouie et que seul Dieu le Père peut nous redonner, nous aider à refaire surface, oui nous restaurer pour nous conduire enfin ou de nouveau et chaque jour en digne enfant de Dieu !

MERCI pour tous les moments de partage, les vraies paroles de bienveillance et les moments de prières – j’ai découvert la beauté et la puissance du « Je vous salue Marie » – entre autres- en cœur d’Hommes ! Magnifique !

MERCI pour la présence ô combien indispensable de Monseigneur Rey, Saint évêque au grand cœur, qui a su toucher chaque cœur – en particulier le mien à travers des larmes de guérison – pendant chacune de ces célébrations, prédications et temps forts de prières !

MERCI pour toutes les guérisons intérieures qui ont pu se faire par votre intermédiaire – ou qui sont en train d’être opérées par l’Esprit-Saint pour moi-même et chacun des frères participants j’en suis certain ! – Christian »


 

« J’ai passé grâce à vous un moment de charité fraternelle très intense. J’ai l’intime conviction que l’Esprit Saint inspirait chaque intervention, chaque réflexion, chaque échange.

Nous avons vécu dans une ambiance qui devait être certainement celle qui régnait parmi les premiers Chrétiens.

Je garde dans mon cœur des moments très intenses :

  • Ma contrition pendant les prières dans la grotte de Marie Madeleine.
  • L’admiration de la création dans les paysages magnifiques que nous avons traversés.
  • La ferveur du groupe quand nous accompagnions le Saint Sacrement au sommet de la montagne.
  • Le « sermon sur la montagne » de Monseigneur Rey.

Le chant « Regarde l’étoile », que je ne connaissais pas, me bouleverse. Je ressens en l’écoutant un message d’amour qui me touche le cœur, me tire des larmes d’enfant (au camp je m’isolais discrètement) et me laisse dans un état de paix totale. Je viens de découvrir que l’inspirateur de ce chant était mon Saint patron.

En quittant le camp dimanche, je suis allé demander pardon à mon père. Je ne l’avais pas vu depuis 20 ans à la suite d’une stupide blessure. Il était plus ému que moi et m’a serré tendrement dans ses bras.

J’ai déjà pris des contacts pour m’engager rapidement dans l’action Chrétienne. » – Bernard


 

« Il est sûr que je ne m’attendais pas à ça… J’ai vécu au moins quatre retraites pour hommes, mais rien qui ressemble à ce camp ! » – Thierry


« Tu nous as créé avec une identité masculine dont nous sommes fiers. Une étape de plus de franchie sur la route que tu m’indiques pour me rapprocher plus vite et plus fortement de toi, Seigneur » – Bertrand


« Voilà ce que je retiens de ce camp : j’ai en moi du courage, et je ne serai heureux que si j’affronte les combats que j’ai à livrer dans ma vie. J’ai pris l’engagement solennel de ne pas me défiler. Je ne dois pas oublier que je suis un lion !

Que dire encore ? Que c’est une joie rare de pouvoir passer trois jours entre hommes, à s’affronter, à se dépasser, à réfléchir à ce qui nous constitue au plus profond de nous-même, à prier ensemble. Rien que cela c’est déjà une force qu’on se transmet les uns aux autres par notre seule présence. La virilité se transmet, d’homme à homme. » – Christophe


« On a tous été touchés sans exception je crois, gloire à Dieu. » – Eric


« 3 mots pour partager l’esprit de ce camp :

  1. Fraternité
    Un accueil comme ciment de ce camp au milieu d’une nature et des Frères, Pères et mes frères de blessés…
  2. Humilité
    Partager mes blessures avec d’autres avec simplicité et découvrir ma vocation d’Homme, tel ce petit enfant en moi qui vient voir son Père…
    Accueillir les témoignages de personnes humbles comme notre seigneur est venu pauvre parmi les pauvres et les petits.
  3. Douceur
    D’un cœur pacifié par la découverte et l’acceptation de nos blessures, ils ont témoigné…
    Un regard bienveillant sur nos blessures des uns envers les autres.
    La douceur du regard bienveillant de mes compagnons d’armes.
    La douceur du pardon et du vrai sens de la confession pour se laisser toucher par l’Amour de Dieu et de mes frères blessés avec notre dimension d’homme avec un cœur entreprenant, combattant et conquérant pour le Seigneur et notre prochain » – Philippe

« Je suis rentré chez moi avec le sentiment d’une grande aventure spirituelle vécue entre frères. » – Emmanuel